Articles

Bonne nouvelle : le stress est contagieux

Articles, le 04/07/2016

Tel un virus le stress se diffuse dans les systèmes, au sein des organisations, entre les personnes... Mais dansons avec les paradoxes... et décalons-nous pour observer le positif...

Phénomène émergent dans les années 2000, avec les premiers cas de suicide, le sujet du stress au travail est de moins en moins tabou aujourd’hui.

Pour preuve, les nombreux articles de presse, et relais par les médias. Actuellement même les dirigeants reconnaissent leur stress. Ainsi, le magazine l’Express a fait récemment sa Une avec ce titre « Le Burn-out, nouveau mal du siècle ».

Résonnances entre systèmes, organisations et personnes

Le constat est clair, notre société occidentale est secouée par de nombreuses crises, mutations, et restructurations. Ces adaptations et ces changements ont de nombreuses répercussions, et créent des phénomènes de résonnances entre les systèmes, les organisations et les personnes.

Par exemple, sous l’effet de l’évolution technologique et d’une réorganisation, le service RH d’une grande entreprise française change à la fois de système informatique et de locaux. Pour Monique G., manager, dont deux équipiers sont en arrêt maladie pour plusieurs mois, c’est une grande source de stress. Son sommeil, sa santé, la qualité de ses relations avec son patron et ses collaborateurs sont perturbés. Peu à peu, même la qualité de ses relations avec son mari se détériore.

Le stress est donc perçu comme un phénomène contagieux, auquel il est impossible d’échapper. Car bien sûr, s’il existe une chose à laquelle il est impossible d’échapper, c’est le changement !

« Ce qui ne change jamais, c’est que tout change tout le temps ! »

Nous disait déjà le sage Bouddha, il y a quelques centaines d’années...

Pourtant, le fait que le stress se propage, tel un nouveau virus, au sein du système, des organisations, et entre les personnes est paradoxalement une très bonne nouvelle !

Pour répondre aux voix indignées qui s’élèvent, et pour nuancer ce propos, ajoutons qu’il ne s’agit pas de se réjouir, car bien sûr les conséquences en sont parfois dramatiques ; mais de s’autoriser à observer ce phénomène sous une autre perspective.

Si le stress est contagieux, son contraire, la sérénité l’est donc aussi !

Le calme, la sérénité se propagent donc de la même manière... une véritable contamination... positive.

Cette réflexion est intéressante à deux titres. En premier lieu pour l’espoir qu’elle suscite ! Sortir de la fatalité... de l’impuissance, c’est possible !

En tant que personne

Vouloir changer d’environnement, faire le tri dans ses relations, se retrouver dans un contexte adapté, positif, inspirant... au niveau individuel, voilà un premier réflexe salutaire.

Par exemple, choisir de quitter une entreprise en déclin au climat délétère pour une PME dynamique en croissance.

Evidemment, il n’est pas toujours aussi simple, ou même possible, de changer de contexte, de travail, d’environnement, de collègues, d’amis, de famille...

Devenir un « principe actif » positif contaminant

En second lieu, cette idée ouvre la réflexion sur la notion d’engagement personnel.

Selon cette logique, à supposer que je sois une personne sereine, calme, positive, je serai en fait un véritable « principe actif », car ma simple présence contribuerait à contaminer positivement mon environnement, mes relations.

Ainsi, ce poids collectif qui nous affecte pourrait être équilibré, à condition de mobiliser un nombre important de personnes, engagées pour elles- mêmes, mais aussi dans une perspective d’évolution collective, une sorte de responsabilité « agréable » qui fait sens...

Et bien, savez-vous qu’il existe des preuves scientifiques allant dans ce sens ?

Phénomène de « contamination positive »

Parmi les nombreuses études existant sur le phénomène de « contamination positive », une étude menée auprès de 5 000 personnes sur 20 ans parue en 2008 dans le British journal of Medicine confirme qu’en nous rendant plus heureux, nous allons « contaminer » les personnes que nous côtoyons et rencontrons régulièrement.

Ainsi, le bonheur est doucement contagieux et se transmet par notre réseau social, en contaminant nos proches, jusqu’au troisième cercles de nos connaissances et relations. Comme le dit Christophe André « qui pourrait continuer de prétendre que le bonheur est égoïste ? »

Etre source de calme, d’énergie

Alors, imaginez que vous développiez votre capacité à être et rester zen, que vous deveniez une source de calme, d’énergie pour vous bien sûr, mais aussi pour vos proches, vos collègues, votre équipe, vos clients, et même leurs familles, leurs amis...

  • En quoi votre vie serait-elle différente ?
  • En quoi la vie de vos proches, de votre entreprise, de vos clients serait-elle différente ?

SOURCES

  • Dynamic spread of happiness in a large social network : longitudinal analysis over 20 years in the Framingham Heart Study, British Journal of Medicine, 2008. Références BMJ2008; 337:a2338. Fowler J.H, Christakis N.A
  • Les états d’âme– Odile Jacob Christophe André
  • La toile de la vie - Une nouvelle interprétation scientifique des systèmes vivants – Editions du Rocher
  • Fritjof Capra http://www.lexpress.fr/emploi/gestion-carriere/le- burn-out-nouveau-mal-du-siecle_1316287.html